Aspirations, avantages, niveau de vie, difficultés financières… Les familles nombreuses témoignent dans une étude de l’Union nationale des associations familiales.

En 2013, on comptait 1,7 million de familles nombreuses (3 enfants et plus) en France, ce qui représentait 18 % des familles avec enfants. Comment vivent-elle ? Comment perçoivent-elles leur famille ? Dans une enquête sur les comportements des familles nombreuses rendue publique mardi 26 septembre, l’Union nationale des associations familiales (Unaf) a souhaité répondre à ces questions. Parallèlement, l’Unaf mène une étude quantitative sur 30 000 familles nombreuses dans le cadre du réseau des Observatoires des familles, dont les résultats paraîtront en 2018. Pour cette première partie de l’étude, plus qualitative, des entretiens approfondis ont été réalisés auprès des mères et des pères de familles nombreuses, mais également auprès de leurs adolescents. Témoignages.

Une structure familiale « idéale ». Premier constat : les parents des familles nombreuses (plus de 3 enfants) rencontrés ont principalement été motivés par « l’envie de reproduire, le fait d’avoir grandi seul ou au contraire d’avoir grandi au sein d’une famille nombreuse et d’en conserver de très bons souvenirs », précise l’étude. Par ailleurs, selon les témoignages récoltés pour cette enquête, ils associent la famille nombreuse « à la vitalité, au mouvement et à la joie » où « le désordre et le bruit ne sont pas vécus de façon négative, mais comme des signes de vie rassurants« . Pour les parents comme pour les enfants, le fait de vivre dans une famille nombreuse est « la promesse de ne jamais s’ennuyer« . C’est aussi « un espace de partage, de responsabilisation et d’entraide, bénéfique en termes d’apprentissage et d’éducation pour les enfants« , précisent les parents interrogés pour l’enquête, même si « avoir aujourd’hui une famille nombreuse est compliqué et ce, à tous les niveaux (budget, logement, suivi scolaire, conciliation entre vie professionnelle et familiale)« . Néanmoins, la famille nombreuse est associée à un cadre et des règles de vie à respecter pour que « le schéma fonctionne et pour éviter les débordements excessifs« , d’après l’enquête.

Un niveau de vie amoindri. Même si ce « format familial » est loin d’être démodé et reste une aspiration forte pour 37,5 % des interrogés de plus de 15 ans qui ont avoué qu’ils souhaitaient avoir au moins trois enfants, les familles nombreuses présentent un niveau de vie nettement inférieur à celui des autres familles avec enfants. Et ce même si ces familles perçoivent des aides de l’État (allocations familiales, de rentrée scolaire, aides vacances ou loisirs, etc). En effet, l’étude montre que les couples ayant trois enfants à charge ont un niveau de vie 10 % plus bas que ceux qui en ont deux car tous les frais sont multipliés. De plus, « le taux de pauvreté des ménages avec trois enfants ou plus est de 21,1 % après redistribution, soit le même que les familles monoparentales avec un seul enfant« , constate l’Unaf qui précise d’ailleurs que 45 % des enfants pauvres vivent dans une famille nombreuse.

Lire aussi :

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here