Depuis 1975, il est de tradition pour le Président de la République de partager une « galette de l’Epiphanie » au Palais de l’Elysée. Une galette qui ressemble à s’y méprendre à une autre galette si ce n’est que cette galette dite républicaine est la seule de France à être préparée sans fève. Non, elle n’a pas été oubliée, elle a été volontairement mise de côté. Et comme pour ses prédécesseurs, le Président Emmanuel Macron s’est prêté à cette tradition à laquelle nous avons assisté et dont on vous dit tout.

Au risque de surprendre, ce n’est pas Guillaume Gomez, le chef cuisiner de l’Elysée qui confectionne la galette républicaine. C’est la Confédération nationale de la Boulangerie et des Boulangers pâtissiers de France qui choisit comme chaque année, parmi ses pairs, l’artisan qui aura la charge de la préparation de la galette de l’Epiphanie. Et cette année, c’est Joël Picquenard, boulanger à Vaucresson (Hauts de Seine) qui a été sélectionné. M. Picquenard n’en est pas à son coup d’essai. C’est déjà lui qui avait été choisi pour confectionner les années précédentes, la galette de Matignon et même celle de certains ministères et préfectures. Il nous avoue être très « fier et honoré » d’avoir été choisi pour prépare la galette de l’Elysée. « C’est une forme de consécration, une véritable satisfaction personnelle ».

Face à cette galette républicaine, on se rend compte assez rapidement de visu qu’elle n’est pas tout à fait comme les autres galettes. Avec un diamètre d’1.20 mètre, la galette de l’Elysée est démesurément XXL ! Et quand on interroge le boulanger sur la confection de cette recette, il répond que certes, « si les proportions diffèrent d’une classique galette et qu’elle demande évidemment beaucoup plus de soin et d’attention, il s’agit bien de la même recette ». Une authentique galette faite-maison au feuilletage inversé, comme celles qu’on peut retrouver à Vaucresson. La seule vraie différence ? L’absence de fève. Il nous confie qu’il lui a fallu, 1h 30 de travail pour préparer cette galette. Un véritable travail d’orfèvre pour lui et son équipe. Chacun bien cantonné à sa mission : la pâte, la crème d’amande, le dessin, et le résultat est là ! Une frangipane dorée à souhait garnie d’une douce et onctueuse crème d’amande parfumée, avec du rhum ! Pour ceux qui se demanderaient pourquoi une frangipane et pas une brioche, le boulanger est très transparent, il a répondu au cahier des charges et en toute franchise avoue « être bien plus à l’aise avec une frangipane qu’avec une brioche ».

Enfin quand on l’interroge sur l’origine des ingrédients, il répond avec beaucoup de fierté qu’il n’a, à part la poudre d’amandes qui vient d’Espagne, utilisé que des matières premières locales et 100% made in France (la farine et les œufs viennent d’Ile de France, le sucre et le beurre français, et le rhum des Antilles). La « french touch » d’une galette sans couronne ni roi, mais avec une allure folle et du goût. 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here