L’ IVG à nouveau en danger en Pologne ? Depuis mercredi, un débat sur une restriction du droit à l’avortement agite le parlement. Il faut en effet rappeler que dans ce pays à forte tradition catholique, on ne peut avorter que dans de très rares conditions. Alors ces discussions inquiètent forcément de nombreuses Polonaises. Les députés planchent actuellement sur une législation qui pourrait donc encore plus durcir les conditions pour autoriser l’avortement en Pologne. Ce texte a été déposé par un comité d’associations anti-avortement et est soutenu par 800 000 signataires. Il souhaite interdire « l’avortement eugénique », c’est-à-dire qui peut être décidé si une maladie incurable du fœtus est détectée lors d’un examen prénatal. Ou si des examens médicaux montrent l’existence d’une forte probabilité de handicaps lourds et irréversibles du fœtus. Si ce texte était voté, l’avortement serait alors uniquement autorisé dans deux cas de figure : s’il existe un risque pour la vie ou la santé de la mère ou si cette grossesse résulte d’un viol ou d’un inceste.

 Une mobilisation sans précédent

Jeudi, une centaine de militant(e)s, habillé(e)s de noir, ont manifesté devant le parlement polonais, rapporte l’AFP. L’idée ? « Défendre les droits de l’homme et les droits des femmes ». En octobre 2016, elles étaient des milliers à avoir déjà adopté le dress code noir et à avoir manifesté dans de nombreuses villes de Pologne. En France, des associations avaient appelé à des rassemblements de soutien. Finalement, le texte avait été abandonné, le projet de loi rejeté… Jusqu’à ce qu’un nouveau émerge. Aujourd’hui, la vigilance reste de mise. Ce qui se passe en Pologne prouve, s’il le fallait, que l’avortement reste plus que jamais un droit fondamental à défendre.
 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here