Elle s’était faite discrète et la revoilà avec « Mme Mills, une voisine si parfaite », une réjouissante comédie à l’américaine qu’elle a écrite, réalisée et jouée. Découvrez un extrait de l’entretien réalisé par notre journaliste Patrick Williams.

ELLE. Ces derniers temps, on s’est un peu inquiété pour vous. Vous ne donniez plus de nouvelles. Vous étiez notamment absente des réseaux sociaux, après y avoir été très active…

Sophie Marceau. Il y a des moments où il faut que je coupe tout. C’est vital. Les réseaux sociaux sont si chronophages. Ils vous rendent autocentré. À trop les utiliser, je ne vivais plus que dans le monde de Sophie Marceau : je disais quelque chose, je postais une image et, tout de suite, il me fallait aller voir les réactions. C’est ridicule. Ces outils peuvent être formidables. Mais, parfois, il faut savoir prendre du recul, réfléchir, faire le point.

ELLE. Vous avez toujours dit que vous aviez besoin de vivre à deux, d’être amoureuse. or, depuis plus d’un an, vous êtes célibataire. comment vivez-vous la solitude ?

Sophie Marceau. Je fais comme tout le monde ! [Rires.] C’est la vie, j’apprends, je découvre de nouvelles choses. Ce qui m’arrive n’est pas passionnant, c’est assez banal. Certes, je suis seule, mais il ne faut pas dramatiser non plus… J’ai ma famille, mes amis. Je ne vis pas en Syrie sous les bombes. Tout cela, ce sont des problèmes de gens privilégiés. Et puis j’aime bien les épreuves qui se présentent dans l’existence. C’est intéressant, cela donne l’occasion d’affronter ses peurs, de se dépasser, de mieux se connaître.

L’intégralité de cette interview est à lire dans votre magazine ELLE, actuellement en kiosques.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here